enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom

Quand femme persiffle,

homme profite


Je ne cesse d’être surprise, voire effarée, par la cruauté des femmes entre elles. A vrai dire, je ne comprends pas un tel acharnement. J’irais presque à affirmer que nous méritons parfois d’être considérées comme des êtres superficiels et peu recommandables.

Il y a bien entendu de la provocation dans ces lignes mais les médias sont si prompts à véhiculer de nous cette image de sexe bavard et mesquin qu’il est urgent de ne plus nous comporter comme des garces. La solidarité entre les femmes doit être totale, il faut lutter contre cette envie irrépressible que nous avons de prouver que nous sommes les meilleures au détriment des autres, avec une férocité sans égal lorsqu’il s’agit d’éliminer sa voisine.

Sur quoi repose donc mon exaspération ? Sur trois fois rien, vous allez le constater. Et pourtant, c’est sur ces riens que l’on se (dé)construit. Ainsi ai-je eu la pitoyable idée de regarder en replay l’une des émissions-phare de TF1 l’après-midi :

« 4 mariages pour 1 lune de miel ».

Le pitch : quatre futures mariées tentent de gagner leur lune de miel en proposant les plus belles noces qui soient. Cela ressemble à une comédie américaine charmante mais il s’agirait plutôt d’un triste exercice de déboulonnage : lors de chacune des cérémonies, la mariée est notée par les trois autres candidates présentes à la fête ; s’en suit un règlement de compte pitoyable où, pour remporter quelques jours à Bali, elles vont de désobligeances en malveillances, de critiques acerbes en vexations. L’humiliation est parfois si odieuse que l’une des épouses se met à sangloter sur l’épaule d’un mari sidéré.

  • Des oies pas toutes blanches


TF1 pourrait évidemment nous rétorquer que ces oies plus tout à fait blanches participent de leur plein gré à un tel carnage, acceptant que d’autres jugent devant des millions de gens « le plus beau jour de leur vie » au risque de le regretter amèrement à la fin de l’aventure, et elle aurait raison. D’où mon incompréhension. Pourquoi ? Est-ce une fatale attirance pour cette mise en lumière factice qu’offre la télévision ? Est-ce le désir de démontrer que ce moment si intime et personnel est bien supérieur à celui d’une autre ?

Le résultat en tout cas est le même : cette grossière compétition nous enferme dans une représentation rétrograde empreinte de futilité, puérilité et niaiserie. Cela fait de nous des poules sans tête et personne ne songerait à demander à des hommes d’être les héros d’une telle mascarade car ils seraient de bien piètres candidats tant nous nous montrons bonnes élèves dans l’art de dénigrer en public, sans imaginer à quel point cela nous dessert. Le pire est sans doute que la liste des futures mariées souhaitant participer à ce jeu est longue. Fort longue.
Encore une fois : à qui profite le crime ?